L'Aubrac

Au sud du Massif Central et au nord-est de l'Aveyron, s'étend le plateau de l'Aubrac, à la beauté envoûtante et à la nature intacte, héritage que les volcans d'Auvergne ont légué au Rouergue.
On le surnomme volontiers la Montagne. Et pourtant les "plus hauts" sommets n'y dépassent guère les 1 400 m d'altitude. Mais l'hiver y est rude et la tradition tenace. Ici, on naît montagnol de père en fils, et on le reste ! Même à Paris.

« Capitale » de l'Aubrac, Laguiole a ses célébrités qui sont autant de témoins de son fort attachement aux traditions (couteaux, fromage...).
Le 8 août est la journée des Parisiens.
Laguiole abrite le restaurant gastronomique du célébrissime Michel Bras, trois étoiles Michelin, est planté dans sa forteresse panoramique verre/acier de l'Aubrac.

Aux alentours, au cœur de paysages verts, ondoyants, superbes se succèdent de nombreux villages : Aubrac, Saint-Chély-d'Aubrac, Lacalm... et des châteaux avec notamment le château du Bousquet.

Pays de tradition pastorale, l'Aubrac appuie son économie locale sur l'élevage bovin et la production fromagère. Ici règne en maître, la race Aubrac connut pour résister aux hivers les plus rigoureux. En hiver, lorsque la neige tombe, les monts d'Aubrac tiennent à la fois de la steppe sibérienne que des highlandes Ecossais. Bien que depuis plusieurs années, la neige se fait désirer, surout pour les professionnels du ski, lorsqu'elle est là, le GR "Tour des monts d'Aubrac" (150 km) se parcourt alors à ski de fond ou en raquettes.

 

 

Sur ce plateau de 2 500 km2, chaque jour est une aventure à vivre : randonnées à pied, à cheval, à VTT, golf, pêche ... Les pêcheurs appréciant particulièrement les ruisseaux à truites aux multiples méandres et cascades.

Comme l'attestent de nombreuses croix à l'éfigie de Sainte-Foy, l'Aubrac fut un lieu de passage obligé pour tout pélerin se rendant à Saint-Jacques de-Compostelle depuis le Puy-en-Velay. (ci-contre le village d'Aubrac, siège de la Dômerie d'Aubrac).